On the force of a single word – LIBERTY – I recommit myself to life

All that remains is a fate whose outcome alone is fatal.

 

Outside of that single fatality of death, everything, joy or happiness, is liberty.

Albert Camus, 1913-1960, French

 

 

Liberté de Paul Éluard,

 

In a dark time of war and the fog of war and before the outcome of WW2 could be known, the poet called his compatriots to commit themselves to the ‘ordinary’ processes of life, whatever they are. 

 

Because, as Camus says, only our death is fatal.  For the rest, it is all LIBERTY.

 

I should be happy for any suggested changes of translation! 

 

 

Sur mes cahiers d’écolier

Sur mon pupitre et les arbres

Sur le sable de neige

J’écris ton nom

 

On my school notebooks

On my desk and the trees

On the sandscapes of snow

I write your name

 

 

 

Sur les pages lues

Sur toutes les pages blanches

Pierre sang papier ou cendre

J’écris ton nom

 

On pages read

On all the ones unread

Stone blood paper or ash

I write your name

 

 


Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J’écris ton nom

 

On gilded images

On the arms of warriors

On the crown of kings

I write your name

 

 

 

Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l’écho de mon enfance
J’écris ton nom

 

On the jungle and on the desert

On nests on thickets of broom

On the echo of my childhood

I write your name

 

 

Sur les merveilles des nuits
Sur le pain blanc des journées
Sur les saisons fiancées
J’écris ton nom

 

On the wonders of the night

On the white bread of days

On the intertwined seasons

I write your name

 

 

Sur tous mes chiffons d’azur
Sur l’étang soleil moisi
Sur le lac lune vivante
J’écris ton nom

 

On all my azure flags

On the stagnant sun-bright surface of the pond 

On the lake glittering like the moon

 

 

Sur les champs sur l’horizon

Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J’écris ton nom

 

Over the fields on the horizon

On the wings of birds

And on the mill of shadows

I write your name

 

 

 

Sur chaque bouffée d’aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J’écris ton nom

 

On every wisp of approaching dawn

On the sea on ships

On the impossible mountain

I write your name

 

 

Sur la mousse des nuages
Sur les sueurs de l’orage
Sur la pluie épaisse et fade
J’écris ton nom

 

On the froth of clouds

On the waters of the thunderstorm

On the drab curtain of heavy rain

I write your name

 

 

Sur les formes scintillantes
Sur les cloches des couleurs
Sur la vérité physique
J’écris ton nom

 

On the ecstatic forms

On the colourful bells

On physical reality

I write your name

 

 

Sur les sentiers éveillés
Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J’écris ton nom

 

On hidden paths

On well-travelled roadways

On squares spilling with people

I write your name

 

 

Sur la lampe qui s’allume
Sur la lampe qui s’éteint
Sur mes maisons réunies
J’écris ton nom

 

On the lamp as it is lit

On the lamp when it dims

On the memory of all my houses 

I write your name

 

 

Sur le fruit coupé en deux
Du miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J’écris ton nom

 

On the reflected effect in a mirror

of fruit and of my room both cut in half

On my empty shell of a bed I write your name

 



Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J’écris ton nom

 

On my dog, finickity and affectionate

On his dressed ears

On his paw placed where it should not be

I write your name

 

 

 

Sur le tremplin de ma porte
Sur les objets familiers
Sur le flot du feu béni
J’écris ton nom

 

On the threshhold of my door 

On my familiar possessions

On the mass of blessed candles

I write your name

 



Sur toute chair accordée
Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J’écris ton nom

 

On all exposed flesh 

On the foreheads of my friends

On every proferred hand

I write your name

 



Sur la vitre des surprises
Sur les lèvres attendries
Bien au-dessus du silence
J’écris ton nom

 

On the windowpane of surprises

On quivering lips

Well above the silence

I write your name

 



Sur mes refuges détruits
Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J’écris ton nom

 

On my safe places destroyed

On my derelict lighthouses

On the walls of my boredom

I write your name

 

 

Sur l’absence sans désir
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J’écris ton nom

 

 

On the absence which is without longing

On naked solitude

On the fields of death

I write your name

 



Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’écris ton nom

 

 

On the health restored,

On the risk which has retreated,

On hope that has no memory

I write your name

 

 

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

 

Liberté.

 

And on the force of a single word

I recommit myself to life

I was born to know you

To give you a name

 

Liberty

 Paul Éluard,1895-1952, French


in Poésies et vérités 1942
Ed. de Minuit

 

 

 

South Philadelphia, March 2022

 

 

 

 

 

 

 

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.